Rapport d'activité de l'IFME

Resultats concours DEASS 2021

Les résultats du concours DEASS 2021 sont ici : 



 

Resultats du concours du DEME 2021

les resultats du concours du DEME 2021 sont disponibles ici: 

Brochure des formations de l'IFME

Diplôme d'Université Laïcité et médiation : candidatez avant le 16 juillet 2021 !

? Le #DU Laïcité et médiation est une formation en partenariat avec l'IFMEde Nîmes qui s'adresse à la fois aux professionnels des secteurs privés et publics, à l’ensemble des étudiants intéressés de près ou de loin par ces questions et aux demandeurs d'emploi souhaitant exercer dans le secteur associatif.

? En savoir plus sur la formation et son programme DU

 

Une matinée portes ouvertes à l'IFME pour DEJEPS, ME et AES

Expo Photo John Kalapo à l'IFME

Les oubliés du confinement

NegPos lance en mai 2021 un nouvel événement :

Les villes invisibles

Les Villes Invisibles s’attachent à incarner la relation qui lie les images à la ville et à l'architecture ; trois territoires entendus au sens large.

Il s’agit d’un événement pour tous publics qui s’inscrit sur un plan local au plus près de la population de Nîmes, de ses quartiers et de son agglomération, et qui a aussi pour ambition d’être visible sur un plan régional, national et international.

Des expositions de photographies, des diffusions de films, des installations d’art public, des conférences et un colloque, des ateliers pédagogiques et des visites guidées, des ateliers de création photographique ainsi que d’un salon du livre sur l'architecture constitueront le programme de cet événement, dans une dizaine de lieux nîmois.

L’IFME, dans ce cadre, propose une exposition photographique d’un artiste malien : John Kalapo

LES OUBLIÉS DU CONFINEMENT

Du 1er juin au 2 juillet du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Voici le texte de John Kalapo qui présente son exposition :

Il suffit parfois de peu de chose pour ébranler une montagne d’espoir, pour détruire de grands rêves, pour anéantir le peu de foi qui nous restait après avoir touché le fond de la misère. Il suffit parfois de peu de choses pour nous faire remettre en cause notre propre humanité.

Dans une France déjà profondément inégalitaire où les mots liberté, égalité et fraternité, au-delà de leur beauté sonore, ne sont plus que des vestiges d’une humanité déconstruite, la Covid-19 est venue mettre en lumière l’hypocrisie et la mauvaise foi de ceux qui peuvent aider mais ne le font pas toujours comme il le faut, quand il le faut et pour qui il le faut.

Oui, ils sont là. Là, dans les rues. Presque partout. Visibles ou invisibles, mais pas du tout cachés. Ils sont là parce qu'ils n'ont pas de toit. Alors, ils vivent où ils peuvent, comme dans un monde parallèle, un « autre monde » avec d'autres codes : l’univers des « sans domicile fixe ». Surpris par la Covid-19 et les mesures de confinement prises par les autorités françaises, les SDF non confinés ont vu leur vie bouleversée, se retrouvant, depuis l'apparition de la pandémie, dans une situation des plus inconfortables qu'ils ne pouvaient pas prévoir.

Les autorités disent qu'il faut rester confiné chez soi. Mais comment faire lorsque le ''chez soi'' n’existe pas ? Comment faire quand on vit dans la rue ?

Les rues se sont vidées. Plus de passants. Faire la manche relève de l'impossible. Oubliés, ils pensent l'avoir été dans cette crise sanitaire. Livrés à eux-mêmes dans les rues désertées de la ville, ils animent certains espaces insoupçonnés aménagés en abris temporaires, en attendant... D'ici là, ils sont là. Luttant contre les intempéries et contre la police qui cherche à les déloger.

Mais où peuvent-ils bien aller en ces temps de couvre-feu où le calme des rues rend plus visible et plus parlante leur présence silencieuse, eux ces misérables de la modernité, souffre-douleurs collatéraux d'une guerre scientifico-socio-économico-culturelle dont rien ne présage de la fin ?

Moi, le photographe, je les ai vus, approchés, écoutés, entendus. Et j'ai pensé que leurs histoires méritaient d'être partagées...

Plus d'informations sur le site de NegPos 

Journées de formation autour de l'autisme 21 et 22 octobre à l'IFME

Hervé Leick, directeur de Regains 

 

Depuis maintenant 15 ans l’association  Regains propose des temps de détente, de loisirs et de vacances adaptés à des personnes dont la singularité peut limiter les projets personnels.

Pour la deuxième année, toujours en partenariat avec l’Institut de Formation aux Métiers éducatifs de Nîmes, Regains vous propose de participer aux journées de formation de ses animateurs :

toutes les personnes, toutes les structures concernées par la revendication d’une place digne et durable des personnes en situation de handicap dans notre société sont conviées.

L’ambition de ces deux journées est bien de construire des passerelles entre tous les acteurs du médico-social, à travers les intervenants et les temps d’échanges proposés.

« Je ne suis pas étrange, bizarre ni fou, ma réalité est juste différente de la vôtre ».

Lewis Caroll

Nous vous proposons donc de nous retrouver pour découvrir et peut-être appréhender une autre manière d’être au monde.

 

Didier Villa, directeur de l’IFME 

 

L’organisation des deux journées consacrées à la sensibilisation à l’autisme  avec ou sans troubles du comportement confirme le partenariat engagé depuis plusieurs années entre l’association Regains et l’IFME.

Notre école se félicite d’être une nouvelle fois au carrefour de nouveaux échanges entre des acteurs du médico-social qui vont se rencontrer en vue de réfléchir ensemble à la mise en œuvre d’actions visant à défendre une place digne et durable des personnes en situation de handicap.

Une nouvelle occasion pour nos apprenants d’être à l’écoute, attentifs à la parole de l’autre mais également à sa résonnance personnelle, de s’inscrire, à travers cette collaboration,  dans un processus de balancement, de passage, de changement inhérent à notre pratique.

Une pratique qui reste fondée sur notre capacité à établir une relation de qualité tenant compte de l’ensemble des composantes de la réalité de la personne accompagnée.

Au plaisir de cette prochaine collaboration.

 

Brochure à télécharger                Inscriptions et tarifs

La première promotion du Diplôme Universitaire Laïcité et Médiation

La première promotion du D.U. Laïcité et médiation s'est donné pour nom Promotion Michel Miaille.

Michel Miaille est professeur émérite de droit et de sciences politiques de l'Université Montpellier 1, ancien directeur de l'UFR AES, auteur de livres sur le droit et la laïcité.

Il est l'un des enseignants de ce D.U. qui compte une vingtaine d'étudiant·es venu·es d'horizons très divers.

Notons que la deuxième promotion est déjà en voie de constitution.

Rappel des informations sur le D.U. Laïcité & Médiation

PRÉSENTATION

En partenariat avec l’Institut de Formation aux Métiers Educatifs de Nîmes, ce Diplôme d’Université s’adresse d’une part aux professionnels des secteurs privés et publics (personnels de santé, éducateurs, animateurs, assistants sociaux, agents des préfectures ou des collectivités territoriales, policiers, gendarmes, DRH, enseignants, salariés d’associations, aumôniers, soignants et accompagnants, psychologues, médecins internes, titulaires du DEJEPS, Accompagnant Educatif et Social, Educateurs Protection Judiciaire de la Jeunesse, agent de l'Office Français de l'immigration et de l'intégration, agent de pôle emploi, salariés d'associations d'insertion, d'aide aux personnes), d’autre part à l’ensemble des étudiants intéressés de près ou de loin par ces questions et aux demandeurs d'emploi souhaitant exercer dans le secteur associatif.

  

OBJECTIFS

L’objectif de la formation est d'apporter aux diplômés, dans le cadre de leur vie professionnel ou leur engagement associatif, une aide face aux situations dans lesquelles les faits religieux peuvent poser des difficultés au regard de la laïcité républicaine.


Les inscrits au DU Laïcité et Médiation seront, pour ce faire, amenés à développer une culture du fait religieux ainsi de la laïcité, dans le cadre français, mais avec une ouverture sur l’étranger. L’approche vise à appréhender la complexité et le pluralisme des situations de ce type sous différents angles : juridique, historique, sociologique, philosophique et psychanalytique.

SAVOIR-FAIRE ET COMPÉTENCES

Ce diplôme vise à donner plusieurs compétences, notamment :
- Un renforcement de la pratique professionnelle, axée sur la médiation,
- Des connaissances en droit de la laïcité de l'ensemble des institutions françaises et européennes, droit des cultes, sciences humaines et sociales des religions
- Une bonne compréhension du régime des cultes.
- Une maîtrise d'une culture opérationnelle autour des questions liées au fait religieux.

Danse à l'IFME

Avec certaines appréhensions, des peurs sans doute, des craintes aussi… mais il n’y a pas de projet sans risques.

Voilà les Moniteurs éducateurs 1re année lancés dans un travail de création où les corps sont en mouvement – ils dansent – sur des chorégraphies endiablées.

Il s’agit d’éprouver une médiation où le travail de groupe est et reste central avec du respect, du soutien, de l’entraide.

Ce projet devient réalité avec le partenariat de  l’école Feel it Dance Studio animée par Jennyfer et Hicham, deux danseurs professionnels et reconnus à un niveau national et international.

Cette action se déroulera sur quatre séances et une « battle » de deux groupes se fera en fin de parcours.

Mais surtout les deux groupes, si nous parvenons à avoir les autorisations, se produiront dans un « flashmob » le 18 Juin quelque part dans le centre ville de Nimes…

Il n’y a pas de projet sans risque, la preuve... en images avec les photos de la première session organisée à l'IFME verdredi 12 mars !

Les anciens élèves en parlent

IFME